About the Project

L’entrepreneuriat stimule l’innovation, la compétitivité, la création d’emplois et la croissance. Il permet à de nouvelles idées innovantes de se transformer en entreprises fructueuses et de libérer le potentiel personnel des individus. Le Plan d’Action pour l’Entrepreneuriat 2020 (PAE 2020) précise que «investir dans l’éducation à l’entrepreneuriat est un des investissements les plus rentables que l’Europe puisse réaliser» et la stratégie Europe 2020 reconnaît l’entrepreneuriat et le travail indépendant comme clés d’une croissance intelligente, durable et inclusive. Pour que la croissance soit de retour et que l’emploi soit à un niveau plus élevé, l’Europe a besoin de plus d’entrepreneurs. Ainsi, le PAE 2020 énonce un certain nombre de mesures à prendre pour soutenir l’entrepreneuriat en Europe, notamment en «développant l’éducation et la formation entrepreneuriales» et en «identifiant des modèles positifs».

Les jeunes ont été durement touchés par la crise économique mondiale et le taux de chômage des jeunes restent élevés partout en Europe, la reprise se faisant lentement. Une caractéristique frappante de la crise de l’emploi actuelle est le nombre élevé de diplômés actuellement sans emploi ou travaillant bien en dessous de leur niveau de compétences et d’éducation. Selon les mots d’un commentateur, « c’est un visage humain douloureux de la crise, alors que les meilleurs et les plus brillants du monde sont gaspillés » (Angel Gurría, The Times).

Le rôle crucial joué par les start-ups dans le développement économique et la création d’emplois est de mieux en mieux compris. Les usines sont progressivement remplacées par des communautés créatives dont la matière première est leur capacité à imaginer, créer et innover. Dans cette nouvelle économie numérique, la valeur immatérielle détermine de plus en plus la valeur matérielle, les consommateurs recherchant de nouvelles «expériences» enrichissantes. La politique d’entreprise visant à atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020 s’articule autour du développement du secteur des PME. En 2015, les PME représentaient plus de 99% de toutes les entreprises non financières en Europe. 92,2% de toutes les PME sont des micro-entreprises de moins de 10 salariés alors que la micro-entreprise européenne type emploie seulement 2 à 3 personnes. Il y a environ 21 millions de PME en Europe, fournissant environ 85% des emplois (www.euronews.com) contribuant à 58,1% de la valeur ajoutée totale créée par les entreprises de l’UE. Au cours des dernières années, les «emplois pour la vie» et les «compétences pour la vie» prédominaient sur un marché de métiers et de professions stables. Cependant, les jeunes qui quittent l’école aujourd’hui entrent dans un monde où l’entrepreneuriat peut être une alternative viable à la main-d’œuvre dépendante (OCDE 2010).

En plus d’être des moteurs essentiels de la diversité, le secteur des industries créatives est l’un des secteurs les plus dynamiques d’Europe comprenant des entreprises hautement innovantes et contribuant pour environ 2,6% au PIB de l’UE. C’est un secteur à fort potentiel de croissance qui fournit des emplois de qualité à plus de 5 millions de personnes (Eur-Lex: Livre vert – Libérer le potentiel des ICC, 2010). Les entreprises créatives contribuent souvent à stimuler les économies locales en déclin, participant à l’émergence de nouvelles activités économiques, créant des emplois nouveaux et durables et renforçant l’attractivité des régions et des villes européennes (DG Enterprise 2011).

La politique de cohésion de l’UE a reconnu la contribution multidimensionnelle du secteur de l’industrie créative aux objectifs stratégiques de convergence, de compétitivité et d’emploi. Pour la plupart des créatifs qui développent un nouveau produit ou une nouvelle idée, l’accent est clairement mis sur ce qu’ils peuvent faire; comment il peut être utilisé; ce qui le rend différent. Bien que toutes ces conditions préalables soient essentielles à toute entreprise potentielle d’importance égale, des questions comme: Qui est l’équipe de gestion derrière l’entreprise? Quel est le modèle d’affaires proposé? Comment la propriété intellectuelle sera-t-elle protégée? Le produit ou l’idée a-t-il un potentiel évolutif? Ainsi, bien que la bonne idée puisse représenter la moitié du succès, des connaissances en gestion d’entreprise seront également obligatoires. Si les compétences individuelles telles que la créativité, la motivation et le pouvoir de persuasion sont souvent considérées comme des clés de succès pour les nouvelles entreprises, associer ces compétences au sens des affaires assurera le succès de l’entreprise. La formation à l’entrepreneuriat est un sujet de politique en plein essor avec un fort potentiel d’apprentissage dans d’autres domaines, mais il est important de se concentrer sur les besoins réels des entrepreneurs, qui s’étendent bien au-delà des compétences traditionnelles en planification et comptabilité (OCDE 2011). Il est largement admis que les initiatives d’éducation à l’entrepreneuriat spécifiques aux groupes cibles et cohérentes sont rares dans toute l’Europe. Faire tomber les freins au développement de l’entrepreneuriat; étudier les possibilités pour devenir entrepreneur; promouvoir des attitudes plus favorables à l’esprit d’entreprise auprès du grand public; réduire la stigmatisation de l’échec pour les entrepreneurs; promouvoir les compétences entrepreneuriales comme compétences de vie utiles; sont autant de questions qui nécessitent une réponse à l’échelle européenne.

Actualités et Evènements
S’inscrire à nos newsletters
* indicates required
Mentions légales obligatoires européennes

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne.

Cette publication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.